Comment tenir ses bonnes résolutions dans le long terme ?

gestalt-therapy-psychologue

Avoir des objectifs et des ambitions est la preuve d’un dynamisme et d’une bonne santé. Seulement, une qualité essentielle doit permettre de nous faire tenir nos plans quel qu’ils soient, c’est la persévérance. Comment faire ?

Avoir de la volonté ?

La volonté doit venir de nous, sans action extérieure. Nous sommes les seuls à savoir si nous allons réussir mais nous ne savons pas non plus si nous allons échouer dans l’action. Nous ne savons pas non plus si nous serons assez fort et courageux pour finir ce que nous avons commence.

Vouloir c’est comme croire ou avoir la foi : il ne faut pas de preuve. Je veux, cela signifie que je ne compte que sur moi et je me moque des arguments ou avis des autres qui cherchent à me persuader que j’en suis incapable. Ne cherchez pas de preuves : il faut vouloir, c’est tout.

La persévérance est la clé.

Enfant quand on apprend à marcher, il y a beaucoup de chutes, de bobos et de pleurs et pourtant le jeune enfant se redresse et repart vers de nouvelles aventures. Il ne renonce pas, il se relève. Pour nous les adultes, c’est la même chose et le moindre obstacle ne doit pas nous arrêter, au contraire. La persévérance doit nous permettre de nous dire que la prochaine fois va être la bonne.

S’imprégner des histoires des autres.

Si vous regardez autour de vous, si vous lisez des biographies de personnes connues et reconnues, vous vous apercevez que la vie ne les a pas forcement gâtées, tout de suite, en tous cas. Les sportifs de haut niveau, les mannequins, les acteurs, ou des gens plus simples qui réussissent à atteindre leurs objectifs, ont souvent eu des échecs cuisants. Tout n’arrive pas tout de suite, en claquant dans les doigts.

Échouer est indispensable

Si on reprend l’histoire de l’apprentissage de la marche, si nous n’étions pas tombés, si nous n’avions pas roulé dans les escaliers, si notre course ne s’était pas arrêtée par une chute, nous n’aurions pas parfait notre façon de marcher. L’équilibre, la coordination, le maintien, ont été acquis par le fait de se redresser à chaque fois.

Apprendre de nos échecs

C’est l’échec qui, avec une analyse post expérimentale de ces expériences (parfois jugées précocement négatives), va alimenter votre subconscient pour “rectifier le tir” et mieux viser le but la fois suivante.

En résumé :
Si nous tenons réellement a obtenir quelque chose qui nous tient a cœur, un examen, un job, une maison, prendre ou perdre du poids, être plus heureuse, ça requiert de tenir bon malgré tous les coups de vents, les tempêtes. Mais c’est vrai aussi que, parfois, on doit faire des pauses pour repartir car la vie nous amène des imprévues. Parfois, nous devons nous autoriser à nous reposer, puis à repartir.

La Rochefoucauld, dans les Maximes, disait :
« Nous avons plus de force que de volonté ; et c’est souvent pour nous excuser à nous même que nous nous imaginons que les choses sont impossibles. »

Pour aller plus loin :

http://www.s149926057.onlinehome.fr/47.html Les parchemins universels du succès.
http://www.organiser-reussir.com/apprendre-a-se-connaitre-et-savoir-ce-qui-nous-anime/