Dépression hivernale : comment la détecter et savoir y faire face ?

La dépression hivernale se combat de plusieurs façons

Des millions de personnes indiquent souffrir de sautes d’humeur liées à l’hiver. Le blues hivernal est une réalité qui peut même parfois se transformer en véritable dépression. Il existe des preuves scientifiques tangibles soutenant l’idée que cette saison nous affecte. Quels sont les causes, les symptômes et surtout comment faire face lors que vous vous sentez triste et apathique, que vous dormez plus longtemps et que le moral est en berne ?

La plupart des scientifiques estiment que la dépression hivernale est liée à la façon dont le corps réagit à la lumière du jour. Cela serait dû aux changements des niveaux d’hormones dans le corps. Mais pas que, bien d’autres éléments contribuent à cet état de santé qui démarre parfois dès l’automne venu. La dépression hivernale est ainsi qualifiée de trouble affectif saisonnier (TAS) et atteint bien souvent son apogée en janvier et février. En plus de vous sentir triste, voici quelques signes qui doivent vous alerter :

·         votre énergie est faible, vous dormez plus que d’habitude
·         vous vous sentez démotivé, ennuyé et moins intéressé par vos amis et les activités que vous animent habituellement
·         vous vous sentez irritable, maussade, et vos relations en pâtissent
·         vous mangez trop, prenez du poids

Que faire alors pour vous sentir à nouveau mieux et sortir de cette morosité ambiante ?

Mangez correctement pour être plus heureux

Il est important de bien se nourrir en hiver alors même que la période peut vous donner envie de manger de manière grasse et en abondance. N’oubliez pas d’inclure beaucoup de fruits et de légumes frais, les sources de protéines et les graisses saines dans votre alimentation.

De la lumière et encore de la lumière

Les personnes atteintes de dépression hivernale ont souvent un taux de mélatonine anormalement élevé, mais la luminothérapie peut ramener la concentration à la normale. S’il est possible de suivre des cures, pensez également à faire entrer le maximum de lumière dans votre maison ou appartement.

Soyez actif

Autre arme contre l’affaissement saisonnier : rester actif. L’exercice contribue en effet à soulager la dépression. L’activité est donc indispensable pour la santé mentale. Des activités en plein air recèlent un double avantage, vous accumulerez davantage de lumière. Sortir et marcher une heure au milieu de la journée s’avère ainsi un remède efficace.

Consulter un(e) pyschothérapeute

La luminothérapie notamment peut être utile pour une stimulation rapide de l’humeur, mais il est compréhensible que vous souhaitiez vous sentir soulager en profondeur. Outre les remèdes naturels et si vous avez essayé les propositions citées mais que ne vous sentez toujours pas véritablement vous-même, allez consulter un professionnel de la santé mentale. Pendant la thérapie, vous apprendrez à surmonter votre tendance à hiberner ou à contester les schémas de pensées négatifs qui contribuent à votre malaise.

Prendre le problème à bras-le-corps

Le blues de l’hiver comme la dépression touchent plus généralement les femmes. Ces deux états se produisent pendant les jours les plus courts, les plus froids et les plus sombres de l’année, puis se dissipent au printemps. Il est souvent difficile d’attendre jusqu’à plusieurs mois. N’hésitez donc pas à prendre le problème à bras-le-corps !