Dépression : Quels sont les symptômes psychiques et comment reconnaît-on une tristesse dépressive ?

Tristesse, perte de motivation, baisse du sentiment de plaisir, troubles alimentaires ou du sommeil… Selon la forme et l’intensité des symptômes, la dépression se manifeste généralement lors de périodes dites dépressives. Elle peut être légère, modérée ou plus grave et affecter aussi bien le comportement, l’humeur mais aussi le corps. La dépression d’un  membres de sa famille est toujours déstabilisante, en particulier pour le conjoint. A l’instar d’autres maux comme le burn-out, plus la prise en charge sera précoce, plus le pronostic sera favorable et les moyens mis en œuvre efficaces pour y faire face.

La tristesse d’une personne dépressive présente les caractéristiques suivantes :

• Elle succède à un état de morosité,
• Elle imprègne la perception du présent, du passé et du futur,
• Elle engendre une incapacité à éprouver du plaisir (ou anhédonie),
• Elle peut se comparer à celle d’une personne venant de subir le deuil d’un être cher : le monde semble vide, rien ne peut avoir assez d’intérêt pour atténuer cette situation pénible, l’avenir ne porte ni projet ni espoir,
•L’ennui, la monotonie mais aussi la douleur morale caractérisent également cette tristesse. Elle est souvent associée à des idées suicidaires car l’avenir paraît sans espoir pour une personne déprimée.

La tristesse d’une personne déprimée est une vraie douleur morale qui engendre une profonde souffrance. Ceci doit être considéré suffisamment suffisant comme symptôme pour consulter, son médecin traitant, un psychiatre ou un thérapeute formé a l’accompagnement de la dépression. Les médecins seront ceux qui décideront, avec le patient, de la prise ou non de médicaments de type anti dépresseurs ou anxiolytiques.

Dépression : quels sont les signes somatiques ?

Les principaux signes somatiques de dépression sont :

• Perte de poids en rapport avec l’anorexie, la perte du goût, la sensation d’oppression dans la gorge.
• Troubles du sommeil : insomnie d’endormissement, réveils nocturnes avec cauchemars, insomnie de fin de nuit souvent associée à des idées suicidaires plus prégnantes. L’hypersomnie est une autre forme de trouble du sommeil : le patient trouve refuge dans un sommeil qui a perdu sa valeur réparatrice d’où la sensation de fatigue dès le réveil.
• Troubles de la libido : baisse de l’appétit sexuel, impuissance ou frigidité.
• Troubles digestifs : diarrhée ou constipation, anorexie, gastralgies, état saburral des voies digestives.
• Troubles cardiovasculaires : palpitations, bouffées vasomotrices, hypotension et bradycardie dans les formes sévères.